Acheter graines de cannabis

 
ELÉMENTS NUTRITIFS, ENGRAIS ET PH

Achat  graines


Introduction

Établir un calendrier

Fixer les objectifs

De quoi ont besoin les plants de marijuana

Comment choisir l'emplacement

Les méthodes de culture : en terre ou hydroponique

La culture sur terreau

La culture hydroponique

La lumière

Le dioxyde de carbone

La température de l'air

Contrôler l'odeur

Préparer les lieux

Des graines ou des clones

Éléments nutritifs, engrais et pH

La période de croissance

La floraison

La récolte

Redémarrer une culture

Les problèmes
 

ELÉMENTS NUTRITIFS, ENGRAIS ET PH: Culture du Cannabis en Placard
 
 
 
 
Les plantes, pour pousser, ont besoin d'éléments nutritifs. Les racines absorbent ces éléments dans l'eau sous forme de sels dissous. Ce sont les composants simples que l'on trouve dans les engrais chimiques. Les engrais organiques suivent une voie plus sinueuse, déclinant d'abord de molécules complexes par l'action microbienne, avant de se dissoudre dans l'eau.
L’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K) sont appelés macro­nutriments parce que les plantes en consomment une grande quantité. Sur les emballages d'engrais, les pourcentages de N, de P et de K apparaissent toujours dans le même ordre (N-P-K).
Le calcium (Ca), le soufre (S) et le magnésium (Mg) sont aussi assez largement consommés. On les qualifie souvent de nutriments secondaires.
Les plantes demandent aussi, en plus petites quantités, du fer (Fe), du zinc (Zn), du manganèse (Mn), du bore (B), du cobalt (Co), du cuivre (Cu), du molybdène (Mo) et du chlore (Cl). Ces éléments sont appelés micronutriments.
Des plantes poussant dans un mélange de terre ou dans un mélange enrichi d'éléments organiques, tels que le compost, engrais de ver ou le fumier se porteront mieux si on les arrose avec un engrais dilué aussi. Lorsqu'on utilise un substrat inerte, ou que l'on pratique l'hydroponie, ces éléments sont apportés sous forme de solution dans l'eau dès le départ.
Si le jardin a été prévu pour fhydroponie, le mieux sera d'utiliser une formule hydroponique complète. Elles sont spécialement conçues pour se dissoudre dans l'eau et donner à la plante tout ce dont elle a besoin. Certaines ont aussi un pH (mesure d'alcalinité ou d'acidité) équilibré.
On en trouve un certain nombre de marques différentes dans les boutiques de jardinage modernes. Chacune a ses partisans incondition­nels. Et chacune présente une formule différente, ce qui ne facilite pas le choix.
Pour les dix premiers jours des plants ou des jeunes pousses, les formules généralement employées sont 7-9-5, 18-18-21 et 4-5-3. Toutefois, il est assez courant de sauter cette étape et de passer directe­ment à l'emploi de formules de croissance végétatives dès la phase des jeunes plants et des clones. Une formule riche en phosphore favorise des tiges plus épaisses et une plus forte poussée des racines, mais elles ne sont vraiment pas indispensables.
Une fois que les plantes ont passé le cap du jeune plant ou du clone et qu'elles ont pris un rythme rapide de croissance, il leur faut une formule de croissance. De nombreux jardiniers emploient des engrais très chers, mais je n'ai pas pu constater de réelle différence dans la crois­sance entre ceux-là et d'autres formules complètes solubles.
Les formules destinées à la période de croissance rapide présentent généralement un taux plus élevé de N que les autres nutriments. Toutefois, elles ne sont pas nécessaires dans un jardin chauffé. Des plantes qui poussent dans la chaleur (au-dessus de 26 °C) reçoivent moins de N pour éviter que les tiges ne s'étiolent. Si elles poussent en milieu plus frais, on leur donnera davantage de N.
À la floraison, une formule riche en P favorise la croissance de fleurs. On peut aussi employer des engrais présentant des taux du genre 5-20-10, 2-4-3, 3-20-20 et 2-10-10.
Certaines formules hydroponiques, en particulier des mélanges à deux ou trois parts, augmentent le K en fonction du P Le problème est que le P est très acide et qu'il modifie le pH. Les fabricants choisissent donc parfois de compenser l'acidité du P par l'alcalinité du K, même si les plantes non fruitières n'en consomment pas beaucoup.
Parfois, on utilise pendant les dix derniers jours une solution nutri­tive dépourvue de N. La plupart des plus grandes feuilles jauniront et sécheront à mesure que le N quittera les anciennes pousses pour les nouvelles.
Un engrais doit être complet; c'est-à-dire qu'il doit contenir tous les éléments secondaires et micro-nutriments. Tous les ingrédients des engrais sont indiqués. Si les éléments secondaires n'apparaissent nulle pare, c'est qu'ils ne sont pas dans le mélange.
Certains jardiniers préfèrent employer plus d'un engrais. Dans ce cas, chaque engrais doit être directement ajouté au réservoir. Il ne faut pas mélanger les engrais entre eux.
La surfertilisation est très dangereuse. Lorsque des plantes sont sous­fertilisées, on peut y ajouter des éléments nutritifs. Mais la surfertilisa­tion peut rapidement tuer une plante. II faudra bien veiller à ne jamais dépasser les doses recommandées.
En changeant les solutions nutritives hydroponiques toutes les deux semaines, le jardinier ne prend pas de risques. Même si la solution contient encore quelques éléments nutritifs, elle est probablement désé­quilibrée, puisque les plantes ont consommé certains nutriments et pas d'autres.
L'eau employée peut affecter la croissance des plantes et leur fertili­sation. Une eau riche en sels (au-dessus de 0,3 EC solides dissous) peut provoquer des déséquilibres nutritionnels. Dans ce cas, l'eau peut être filtrée ou mélangée à une eau à faible ppm, l'osmose inversée ou la distillation étant des processus de filtrage qui conviennent pour se débarrasser des sels indésirables.
Certains engrais sont complets mais dépourvus de magnésium (Mg). On y remédiera facilement en employant des sels d'Epsom (MgSOa) à un quart de cuiller à café pour 4 litres d'eau (une cuillerée à café pour 15 litres, ou une cuiller à soupe pour 45 litres). On trouve les sels d'Epsom dans toutes les drogueries.
D'autres engrais sont dépourvus de calcium. Pour y remédier, on peut utiliser du calcium liquide, de la poudre d'os diluée ou du nitrate de calcium. Bien qu'il soit possible de suivre les instructions concernant l'arrosage figurant sur l'emballage des engrais et des unités hydropo­niques vendues dans le commerce, la seule façon d'avoir la situation bien en main est de pouvoir mesurer la concentration d'engrais dans l'eau. Le plus simple est d'employer un indicateur de conductivité élec­trique, qui donnera une idée générale du ppm des solides dissous -c'est-à-dire des minéraux de l'eau du robinet ajoutés à l'engrais.
Une eau courante au ppm inférieur à 100 est idéale; au-dessus de 200, elle pose problème et doit être filtrée pour abaisser le taux de solides dissous. Les systèmes hydroponiques ont en général des solutions nutritives de 900 à 1600 ppm bien que certains jardiniers emploient des concentrations plus ou moins élevées avec beaucoup de bonheur. Cela dépend en partie de la variété cultivée, car certaines ont des demandes d'engrais qui leur sont propres. Dans la plupart des jardins, une solution nutritive entre 1000 et 1300 ppm, assurera aux plantes un apport suffi­sant pour une croissance vigoureuse. Un espace particulièrement éclairé demandera des concentrations nutritives plus élevées.
 
INCONVÉNIENTS DES ÉLÉMENTS
NUTRITIFS
Une légère surfertilisation chronique peut faire courber les feuilles vers le haut ou vers le bas et en brunir les bouts. Une surfertilisation impor­tante peut assécher la plante en quelques minutes. Lorsque le substrat présente une plus forte concentration de sels (nutritifs) que la plante, il aspire l'eau de la plante. La seule solution est alors de se débarrasser de l'excédent nutritionnel en le rinçant. Dès que la plante se met à faner, la vie ou la mort peuvent se jouer en quelques minutes.
 
SYMPTÔMES ETTRAITEMENTS
 
Les carences nutritives les plus fréquentes pour une plante sont celles en fer (Fe), en magnésium (Mg), en azote (N), en phosphore (P), en potas­sium (K) et en zinc (Zn). Les symptômes et traitements pour ces carences sont les suivants

• Fe - Les pousses sont pâles, voire blanches, et seules les nervures restent verts. Cela n'affecte que les nouvelles pousses. Vaporiser un mélange de fer/zinc/manganèse sur la plante pour un soulagement immédiat, qui devrait être manifeste en quelques jours. Ce supplé­ment devra aussi être ajouté à l'eau.
 
• Mg - D'abord, les feuilles du bas jaunissent, seules les nervures restent vertes. L'extrémité des feuilles du bas se recourbe vers le haut et meurt. Puis la nouvelle pousse blanchit, les nervures restant toujours vertes. Il faut vaporiser sur les plantes une solution d'une cuiller à café de sels d'Epsom par litre d'eau. Si l'engrais contient du Mg, n'ajouter qu'un quart de cuiller à café pour 3,5 litre, une demi­cuillerée si tel n'est pas le cas. Les plantes devraient réagir en quelques jours.
 
• N - Les feuilles inférieures deviennent vert pâle, puis jaunes, avant de mourir à mesure que le N voyage vers la nouvelle pousse, puis les tiges virent au violet. Ces plantes doivent être arrosées avec un engrais liquide riche en N.
 
• P - Les feuilles des plantes sont petites et vert foncé, et les nervures sont rouges. Les pointes des feuilles inférieures meurent. Puis toutes les feuilles jaunissent et meurent à leur tour. À la floraison, les plantes ont besoin de grandes quantités de P pour développer de grandes fleurs. Si elles en manquent, les fleurs seront donc petites. Il faut les arroser avec un engrais liquide riche en P
 
• K - Une légère carence se traduira par des plantes hautes aux tiges minces. Une carence plus importante se manifestera plus nettement sur les grandes feuilles, à mi-hauteur. Elles présentent des taches nécrosées et tournent au vert pâle. Les tiges peuvent virer au rouge foncé ou au violet. Ces plantes apprécieront un engrais liquide riche en K.
 
• Zn - Les jeunes pousses paraissent tordues, font des boucles et ne se développent pas. Il faut les vaporiser d'un engrais liquide riche en fer-zinc-manganèse (Fe-Zn-Mn), qu'il faut aussi ajouter au mélange d'eau et de nutriment.



LE PH
On appelle pH d'une solution, son rapport acidité/ alcalinité. On le mesure sur une échelle de 1 à 14, le 1 étant le plus acide, le 7 étant neutre, et le 14 étant le plus alcalin. Le meilleur taux d'acidité pour la dissolution des éléments nutritifs se situe entre 5,8 et 6,8. En deçà ou au-delà, beaucoup de nutriments n'intègrent pas la solution. Le minéral a beau être présent, il n'est pas accessible à la plante.
Si des éléments nutritifs sont ainsi bloqués, la plante ne peut pas se développer. Une plante poussant dans un milieu dont le pH est trop haut ou trop bas est très petite, et ne gagne que quelques centimètres sur plusieurs mois. Si l'environnement présente un pH trop élevé, les plantes sont pâles, maladives et chétives. Si l'eau ou la terre sont mainte­nues à un pH avoisinant 6,5, tous les éléments nutritifs que réclame la plante se dissoudront et deviendront accessibles à la plante.
Pour mesurer l'alcalinité ou l'acidité d'une solution, on utilise des testeurs chimiques de pH pour jardin ou aquariums, du papier pH ou un pH-mètre. Tous sont fiables et d'usage simple. Il faut mesurer le pH une fois que les engrais ont été ajoutés à l'eau.
Que le jardin soit en pots ou en hydroponie, la meilleure façon de régler un pH déséquilibré est d'ajuster la solution d'eau et d'éléments nutritifs avec des produits disponibles dans les magasins de jardinage modernes. Ceux qui baissent le pH contiennent généralement de l'acide sulfurique ou de l'acide phosphorique. Dans les jardins en pots, on ajoute du soufre pour faire baisser le pH. Les produits qui augmen­tent le pH contiennent essentiellement de l'hydrogène.
Certains jardiniers utilisent parfois du bicarbonate de soude pour faire monter le pH, mais c'est une méthode très peu efficace. Dans les jardins en pot, ajouter de la chaux hydraulique donnera de bien meilleurs résultats.
En aspirant plusieurs éléments nutritifs, les plantes affectent le pH de la solution. Les microbes qui se développent dans le médium en font autant. À chaque fois que l'on change l'eau, ou qu'on en ajoute, il faut vérifier et corriger le pH. De toute façon, l'eau doit être vérifiée et le pH corrigé tous les deux ou trois jours.

 

Lampes LED

RETOUR

La culture du cannabis est simple!
Achetez des graines ici