Acheter graines de cannabis

 
LA CULTURE SUR TERREAU

Achat  graines


Introduction

Établir un calendrier

Fixer les objectifs

De quoi ont besoin les plants de marijuana

Comment choisir l'emplacement

Les méthodes de culture : en terre ou hydroponique

La culture sur terreau

La culture hydroponique

La lumière

Le dioxyde de carbone

La température de l'air

Contrôler l'odeur

Préparer les lieux

Des graines ou des clones

Éléments nutritifs, engrais et pH

La période de croissance

La floraison

La récolte

Redémarrer une culture

Les problèmes
 

LA CULTURE DU MARIJUANA SUR TERREAU: Culture du Cannabis en Placard
 
 
Que vous cultiviez vos plants en terre ou en hydroponie, il vous faut d'abord prévoir la taille des plants que vous désirez obtenir. Ce choix soulève des questions de style, d'une part, et il a, d'autre part, des impli­cations légales évidentes, notamment en ce qui concerne le nombre des plants.
Certains, préférant obtenir des plants de grande taille, laissent à chaque plant un espace allant d'un demi à un mètre carré (on obtient ce résultat en espaçant les plants de cinquante centimètres dans le premier cas et d'un mètre dans le second). Dans les jardins ainsi conçus, les plantes sont prêtes à être mises en floraison en vingt-cinq à trente-cinq jours. Plus la plante est petite, plus vite elle atteint ce stade. Des plants espacés de 30 cm ne mettent que quinze à vint jours pour atteindre la taille à laquelle on peut commencer à forcer la floraison. Avec quatre plants sur une trentaine de centimètres carrés, ce résultat est obtenu en dix jours.
Une fois la floraison déclenchée, les plantes mettent entre quarante­cinq et quatre-vingt-dix jours pour mûrir, selon la variété utilisée. Si on les force à fleurir alors qu'elles sont encore petites, le délai jusqu'à la récolte peut se réduire à trente jours au maximum : la plante passe en effet moins de temps à assurer sa propre croissance. Cette technique permet de faire une économie de temps d'environ 33 %.
Cependant, cultiver un grand nombre de petits plants de façon à obtenir la même récolte qu'avec les grands présente plusieurs inconvé­nients. D'abord, dans la mesure où il y a plus de plants, cela demande un peu plus de travail. Ensuite, cela pose, vis-à-vis de la loi, un problème directement proportionnel au nombre de plants. En effet, beaucoup de juges, lorsqu'ils infligent des condamnations, s'en tiennent au nombre de plants sans tenir compte du poids récolté. Un énorme plant qui produit pourtant davantage que plusieurs petits est pratique­ment toujours considéré comme un défit moins important.


LATAILLE DES POTS
Le tableau ci-dessous donne la taille du pot et celle du plant appro­prié, ainsi que le volume de terreau lorsque le contenant est circulaire. Il indique également la taille maximale du plant que le pot peut supporter sans problème. Au fur et à mesure qu'ils croissent, les plants peuvent être rempotés dans des pots de plus en plus grands, ce qui fait gagner beau­coup de place dans le jardin. Des plants cultivés selon la méthode de la "marée verte", très rapprochés les uns des autres et donc forcés de fleurir alors qu'ils sont encore petits, se contentent de godets de 10 à 12 cm de diamètre. Les pots doivent être bien drainés : il faut qu'ils aient plusieurs trous à la base pour permettre à l'eau de s'échapper. Ce point est extrê­mement important, car un terreau trop humide est très mauvais pour les racines et risque de faire souffrir la plante, voire de la tuer. Dans un premier temps, les semences ou les boutures peuvent être installées en godets, avant d'être repiquées dans des pots plus grands à mesure de leur croissance. Plantations et rempotages sont décrits dans le chapitre XVI, "L'entretien durant la croissance".
 

LE MÉLANGE DE TERRE
La marijuana s'adapte très facilement à la culture en pot et de nombreux terreaux peuvent être utilisés pour la faire pousser. La grande majorité des cannabiculteurs se servent de mélanges prêts à l'emploi. Ceux-ci ne contiennent généralement pas la moindre terre végétale, mais sont faits de tourbe ou d'écorce et sont spécialement étudiés pour leur texture et leur capacité à retenir l'eau et les divers éléments nutri­tifs. Un terreau non enrichi possède en effet assez peu de nutriments en propre. On devra donc utiliser des engrais au moment de la plantation et lors des arrosages.
Si le planteur a l'habitude d'utiliser pour ses plantes vertes tel ou tel type de terreau, il peut très bien prendre le même pour son nouveau jardin. Pour ceux qui n'ont aucune expérience en la matière et ne connaissent rien aux différentes marques, ils devront rechercher la mention "pH neutre" ou, mieux, un pH moyen d'environ 6,5. Cela conviendra pour la plupart des plantes vertes et pour faire germer les graines. Si la liste des ingrédients du terreau précise qu'il contient de l'humus, du compost ou de la terre végétale, il faut s'assurer que la mention "pasteurisé" ou "stérilisé" apparaît sur l'étiquette.
Beaucoup de terreaux disponibles sont enrichis au départ d'une petite quantité de nutriments, de source organique ou chimique, ou des deux. Même si la liste de leurs ingrédients mentionne cet enrichisse­ment, la plupart ont cependant besoin d'un apport d'engrais supplé­mentaires, généralement solubles dans l'eau d'arrosage. Pour la majorité des planteurs, la culture sur terreau prêt à l'emploi convient très bien.
 
Certains jardiniers préfèrent néanmoins fabriquer leur propre mélange. Je me suis longtemps fait l'apôtre de cette façon de faire, mais, au fil du temps, la qualité des terreaux s'est tellement améliorée que j'en fais aujourd'hui un impératif beaucoup moins catégorique. Le gros avantage, toutefois, lorsqu'on fabrique soi-même son terreau, c'est qu'on peut l'ajuster à ses besoins. Mais il est possible, également, de "personnaliser" un terreau prêt à l'emploi.
Ce qui importe, c'est de faire en sorte que le terreau soit facilement drainant tout en ayant une capacité de rétention efficace. Certains des ingrédients sont de nature organique, c'est-à-dire qu'ils sont composés d'éléments carbonés produits par des organismes vivants. Ils absorberont donc les engrais puisque les micro-organismes vivant dans le substrat les utiliseront comme nourriture. C'est pourquoi ces matériaux jouent ici le rôle de régulateurs : dans un premier temps ils absorbent les nutri­ments en excès, puis ils les relâchent graduellement.


LA COMPOSITION DES TERREAUX
 
LES INGRÉDIENTS ORGANIQUES
L'écorce absorbe bien l'eau et facilite le drainage. Elle est disponible en quantités variables, et elle est stérile. On peut (utiliser pour remplacer la pierre de lave ou les billes d'argile, ou même comme terreau à part entière. Ses inconvénients : elle se décompose et se transforme en un compost dont les bactéries se nourrissent des nutriments présents dans l'eau d'arrosage. De plus, utilisée seule, elle retient finalement assez mal l'humidité et doit donc être arrosée fréquemment. Pour les godets, on utilisera des morceaux de 1 à 2 cm; pour les pots plus grands des morceaux plus longs, de façon à obtenir le drainage adéquat. La plupart des terreaux qu'on trouve dans le commerce se composent principale­ment d'écorce hachée menue, ou moulue.
Le compost est constitué de matière végétale en décomposition sous l'effet de micro-organismes. Il n'est pas forcément riche en nutri­ments, mais il foisonne de vie, ce qui est hautement bénéfique pour les racines de la plante. Il doit avoir une odeur de terre et provenir d'un lot "stérilisé", c'est-à-dire qui a subi un traitement à la vapeur (80 °C) qui a éliminé les germes pathogènes. On le trouve en jardinerie, en sachets. Il est généralement pasteurisé ou stérilisé, mais il en existe de qualités diffé­rentes : certaines marques vendent des sous-produits végétaux hachés sous le nom de compost, tandis que d'autres offrent des produits entière­ment artificiels. Avant d'acheter du compost, le planteur devra le mani­puler et lire soigneusement la liste des ingrédients sur l'étiquette.
L'humus est formé de débris végétaux qui se sont décomposés en anaérobie, dans l'eau. Il est spongieux, sa texture est fine et retient bien l'eau. Il contient beaucoup d'hormones végétales et de régulateurs de croissance produits naturellement par les organismes en décomposition. Lorsqu'il est présent dans un terreau, il facilite la vie microbienne et l'ab­sorption des nutriments.
La tourbe est de la mousse décomposée. Elle peut retenir une énorme quantité d'eau et elle est utilisée par de nombreuses marques de terreau pour ses qualités nutritives. N'utilisez que de la tourbe "pH ajusté" ou "pH équilibré". La tourbe est fine et granuleuse; sèche, elle résiste à l'imprégnation par l'eau; c'est pourquoi il faut la préhumidifier dans son emballage, avec de l'eau à laquelle on aura ajouté un agent humidificateur ou un détergent (une cuiller à café pour 5 litres d'eau).
La terre arable est un mélange naturel de minéral et d'organique, riche en nutriments et qui retient l'eau de façon tout à fait convenable. Elle fait un excellent ingrédient dans un substrat, mais il faut éviter de l'employer seule si l'on veut s'épargner des problèmes de drainage et de texture. On doit en outre n'utiliser que de la terre pasteurisée ou stérilisée.
Les déjections de lombrics sont des matières végétales digérées et enrichies par les vers : cela donne une substance riche en nutriments, biologiquement active, qui sent bon la terre et qui est commercialisée sous le nom d'engrais de ver. De texture fine, l'engrais de ver retient l'eau assez médiocrement. Lorsqu'il sèche, il se transforme en petits morceaux secs et durs; on doit donc le mélanger soigneusement avec les autres ingrédients.



 


LES INGRÉDIENTS MINÉRAUX
 
Tous les ingrédients minéraux sont théoriquement inertes. Ils ne contiennent pas de nutriment et n'interagissent en aucune manière avec l'eau d'arrosage enrichie.
Le gravier est constitué de petites pierres qui facilitent le drainage tout en gardant une humidité superficielle. C'est le gravier fin, ou gravier d'aquarium, que l'on trouve généralement dans les terreaux. On peut également en tapisser le fond des pots afin de procurer à ceux-ci une meilleure assise.
La perlite est une roche volcanique extrêmement légère. Sa surface est rugueuse et retient les particules d'eau. Elle est dure au toucher et ne s'effrite pas. Elle est disponible en plusieurs tailles. La taille la plus fine peut convenir pour la germination ou le repiquage; mais on utilisera la taille moyenne s'il s'agit de l'incorporer dans un mélange. La perlite sèche est très poussiéreuse. Le sac doit être humi­difié avant d'en extraire le contenu, et l'on se protégera avec un masque respiratoire afin d'éviter d'inhaler la poussière.
Le sable favorise le drainage et empêche le mélange de s'agglo­mérer. On peut utiliser aussi bien du sable d'horticulteur que du sable de construction, mais, dans la mesure du possible, on évitera le sable de pierre à chaux. Le sable est très lourd, et il a souvent été remplacé par la vermiculite et la perlite. Il peut aussi servir à lester le fond des pots s'il y a risque de basculement.
La vermiculite se compose de mica expansé sous l'effet de la chaleur. Très légère, elle absorbe plusieurs fois son propre poids en eau, tout en assurant un bon drainage. Elle existe en plusieurs tailles. Pour la germination, le repiquage et les plants installés en godets, la taille la plus fine convient. Pour la plupart des autres pots, on utilisera la taille moyenne ou supérieure. La vermiculite sèche est poussiéreuse et doit être humidifiée avant sa sortie de l'emballage. Le masque respiratoire s'impose également dans la mesure où la vermiculite contient, en faible quantité, de l'amiante.

FAIRE SON MÉLANGE
 
Il n'existe pas de mélange de terre idéal. Tous ceux qui sont décrits
ici après marcheront aussi bien les uns que les autres. Le choix d'un
mélange dépend donc d'une appréciation toute personnelle. Les possi-
bilités sont infinies.Voici les plus courantes.
 
LESTERREAUX ORGANIQUES
 
Les mélanges suivants sont destinés à servir de "sol" dans les pots si
le planteur veut faire son propre mélange. Ils contiennent des ingré-
dients organiques qui apportent quelques nutriments à la plante et
favorisent faction des engrais présents dans l'eau d'arrosage. Toutes les
mesures sont données en volumes.
 
1. En parties égales : perlite, vermiculite, engrais de ver et humus. Légèreté; bon drainage, il est donc impossible de trop arroser. Ce mélange contient de fort taux de nutriments et la vie microbienne y est très active. Il favorise la croissance du végétal.
2. En parties égales : perlite, vermiculite, tourbe, compost ou humus, engrais de ver. Bon drainage, riche en vie microbienne, moins de nutriments que dans le mélange 1.
3. En parties égales : compost ou humus, gravier d'aquarium, tourbe, perlite, vermiculite, engrais de ver. Un mélange plus lourd, qui draine bien.
4. Deux parts de chaque : vermiculite et perlite; une part de compost, d'humus ou d'engrais de ver. Bon drainage, peu de nutriments mais rempli de micro-organismes bénéfiques.
5. Deux parts d'engrais de ver; une part de chaque : compost ou humus, vermiculite et perlite. Nécessite peu d'engrais au départ, celui-ci devant être ajouté à la floraison.
6. Deux parts de terre arable; une part de vermiculite ; une part de perlite. Contient des matériaux organiques, bon drainage, stabilité chimique.


LES ADDITIFS
 
Pour améliorer le mélange dans un sens ou dans un autre, il est possible d'utiliser des additifs.Voici quelques-uns de ceux employés à l'occasion par les jardiniers.
La pierre à chaux humidifiée apporte son calcium aux plants, qui l'utilisent en grande quantité. Tous les engrais ne contiennent pas cet élément; on peut donc se permettre de l'ajouter au mélange (une cuiller à café pour 5 litres de mélange), ce qui devrait suffire aux besoins des plants. Interrogez à ce sujet les jardiniers expéri­mentés car ils ont peut-être des recettes personnelles concernant les additifs ou les nutriments.
Les cristaux polymères sont disponibles dans les jardineries et chez les pépiniéristes. Ils ont un pouvoir d'absorption littéralement effarant et peuvent gonfler de cent fois leur volume lorsqu'ils sont mis en contact avec l'eau. On doit donc les utiliser avec parci­monie. Certains cultivateurs prétendent que non seulement ils espacent les arrosages, mais qu'en plus ils accroissent la vitesse de croissance et la vigueur du plant. Quelques mélanges commercia­lisés en contiennent.
Un engrais à diffusion lente peut être utilisé pour enrichir les plants, l'eau d'arrosage n'étant utilisée que pour diffuser l'engrais. Ces engrais sont incorporés au mélange dès le moment de sa préparation. Ils sont faciles à utiliser. Il en existe plusieurs formules avec des diffusions plus ou moins lentes. Utilisez de préférence des engrais avec une diffusion étalée sur deux à quatre mois et un engrais spécifique pour la floraison (c£ le chapitre XV).
 
LA PRÉPARATION DU MÉLANGE
 
La première chose à prendre en considération lors de la prépara­tion du mélange est la sécurité. La plupart des ingrédients dégagent de la poussière lors de leur manipulation. Pour cette raison, il est conseillé de les humidifier avant le travail. Il suffit alors d'ouvrir l'emballage et de mouiller le contenu à l'aide d'un arrosoir. L'eau doit contenir un agent humidificateur de manière à forcer l'imper­méabilité de surface. Une cuiller à café de liquide vaisselle pour 5 litres d'eau convient tout à fait.
Si vous utilisez de la vermiculite oie de la perlite, deux maté­riaux particulièrement pulvérulents, il vous faudra travailler dans un endroit bien ventilé, porter des gants de ménage ou de jardin, des manches longues, et utiliser un masque. De toute façon, le meilleur moyen de régler ce problème est d'éviter la poussière en procédant comme indiqué ci-dessus.
Ajoutons enfin qu'il est bien plus facile d'obtenir un mélange homogène en préparant de petites quantités à la suite plutôt qu'une grosse quantité d'un seul coup.
 
LA PRÉPARATION DES POTS
 
Neufs, les récipients n'ont pas besoin d'être lavés. S'il s'agit de pots ayant déjà servi, ils doivent être soigneusement nettoyés de façon à éliminer le moindre agent parasite ou infectieux. Il n'est pas nécessaire d'acheter des godets ou des pots d'horticulture, même s'ils s'avèrent généralement plus faciles d'emploi que les autres, en raison de leurs parois internes qui faciliteront par la suite le dépo­tage et le rempotage de la motte. Une fois le mélange obtenu, il suffit d'en remplir les pots. À l'aide d'un godet ou d'une petite pelle, chaque pot est rempli de mélange jusqu'à environ 3 cm du bord. Les récipients doivent être placés sur un plateau ou, encore mieux, sur des blocs, de façon à être surélevés par rapport au sol, et ainsi ne pas se retrouver en contact avec l'eau qui les aura traversés.

 

 

 

Lampes LED

RETOUR

La culture du cannabis est simple!
Achetez des graines ici